Lana Interim et AIRH, marques du Groupe Arobase

L’intérim passe à la dématérialisation

Le formulaire jaune, pour l’employeur, le vert pour l’employé, le bleu pour l’URSSAF… Difficile de se passer de la paperasse dans l’intérim. Mais les choses peuvent aller bien plus vite, avec la dématérialisation.

Contrats et factures dans la relation avec les clients ; justificatifs, contrats de travail, feuilles de temps et fiches de paie des intérimaires ; sans oublier toute la production de documents légaux pour les services de l’Etat, la France est un pays où la paperasse est encore reine. Mais la dématérialisation des documents est désormais bien entrée dans les mœurs, y compris dans le secteur de l’intérim. Mais pour les agences d’intérim, c’est un vrai bouleversement dans la méthode de travail. Et le principal atout, c’est que la dématérialisation évite souvent le montage de dossiers incomplets, oubliés sur un bureau de l’Administration. Aujourd’hui, avec la dématérialisation, les interlocuteurs peuvent échanger très directement, sans attendre une hiérarchie due au « circuit postal ».

Gain de temps indéniable

Un exemple ? Concrètement, l’entreprise qui a besoin d’un intérimaire remplit un formulaire sur une plate-forme où elle précise le poste qu’elle souhaite pourvoir, le profil recherché et la durée de la mission. Les agences destinataires de l’offre, qui la reçoivent toutes simultanément, proposent en retour leurs candidats en ligne et peuvent joindre toutes les pièces nécessaires comme le CV par exemple.

Des échanges d’informations plus rapides

L’entreprise a également la possibilité de consulter le profil de l’intérimaire présenté par l’entreprise de travail temporaire.
Dés qu’elle a fait son choix, l’entreprise confirme la mission auprès de l’entreprise de travail temporaire qui lui envoie le contrat de mise à disposition dématérialisé que les deux parties signent électroniquement.
Tout le monde y trouve son compte !

Pin It on Pinterest